Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

22 décembre 2005 4 22 /12 /décembre /2005 21:23

Mercredi 21 décembre.

Quelle journée ! Vraiment exceptionnelle cette grande traversée des Ar ! Mais aussi quelle longueur...un souvenir inoubliable...Un MUST !

Inspiré du circuit des Ar du Toponeige ABC, on y a intégré la dent d'Arclusaz, le tout en traversée afin de ne jamais recouper sa trace et de skier les pentes à vue. 

Départ d'Epernay sous le col du Frêne au petit matin, le réseau de pistes et de sentiers est assez dense et le départ curieusement pas tracé. Arrivée au col du Potat, le soleil encore bas donne de très belles couleurs aux sommets environnants. On continue sur la croupe ouest tracée jusqu'à environ 1700m. On continue afin de traverser sous le col de la Cochette mais quelques passages nous incitent à la prudence et on fait quelques détours pour éviter les zones suspectes.

 

 

 

 

 

 

 

 

Vue sur Bade, Colombier, Poyer.

 

                                                                                                                                                  

100m. sous le col, on met les skis sur le sac, ça brasse énormément dans près d' 1,5 m de neige sans cohésion. Un court passage raide défend l'accès au col (est-on bien passé au bon endroit ?), mais il est franchi rapidement malgré un style peu académique (je m'accroche aux plantes vivaces pour le rétablissement en l'absence de piolet :).

 

 

 

 

 

 

 

 

Derniers mètres sous le col.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sommet de l'Arclusaz.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les derniers mètres sur l'arête sont de toute beauté. Il est près de 11h00 quand on arrive au sommet, il ne va pas falloir traîner si l'on veut réussir l'enchainement.

Départ dans le couloir sous le sommet puis on traverse dans le pan de rideau (4.3 E1 / E2). La neige est très bonne mais encore peu épaisse et sans cohésion dans cette belle face, on touche donc parfois un peu mais sans gravité. On se laisse glisser jusqu'à l'altitude 1300m (pas très bien joué...on aurait pu couper mieux que celà).

 

 

 

 

 

 

 

 

Dent d'Arclusaz avec le pan de rideau évident.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

11h30 : début de la seconde remontée, direction le Beau Molard. La température est très agréable pour la saison, la trace est bonne. Suit une traversée des crêtes en direction de la pointe des Arlicots (court passage skis sur le sac un peu plus délicat). Le sommet est assez étroit mais l'ambiance est à la hauteur des efforts.

 

 

 

 

 

 

 

 

Vue sur le Trélod en montant à Beau Molard.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Derniers mètres avant le sommet des Alicots.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arces, Armène, Pécloz...on n'est pas encore arrivé !

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

13h30 : départ du sommet par l'un des couloirs directs (4.1 / 4.2) : peu enneigés encore mais ça passe sans problème grâce aux fonds herbeux. Belle neige, on repeaute au replat vers 1750m. Direction la pointe des Arces, on décide de remonter par la face afin de garder les skis et de perdre le moins de temps possible. Mauvais choix, il n'y a pas de traces de montée, les skis zippent sur cette neige sans cohésion, on s'épuise à tracer et on perd du temps. Arrivée au sommet peu après 15h00, la pause est très brève, on sait qu'il nous reste encore une montée et le soleil commence à être bien bas. On fonce donc dans la combe NE, la neige est toujours aussi poudreuse et peu ventée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Derniers efforts...le sommet des Arces est là !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Coup d'oeil en arrière sur les Arlicots et l'Arclusaz.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arrêt au replat vers 1750m, direction l'Armène par la croupe sud. La trace est bonne. On a juste à pousser les skis mais la fatigue commence à se sentir. L'éclairage est superbe, l'itinéraire se dévoile en entier très beau et logique mais quelle distance.

 

 

 

 

 

 

 

 

Coucher de soleil au sommet de l'Armène.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arrivée au sommet peu avant 16h30. Le vent est glacial, on s'habille rapidement avant de plonger dans le couloir nord (4.3 E2), dernière descente de la journée. Pas d'infos sur son état mais on a le sentiment que ça passe malgré un doute sur la partie basse qui semble plus scabreuse. Le départ du sommet est trop peu enneigé, on décide donc d'entrer dans le couloir directement dans son axe. Une petite corniche en défend l'accès mais ça passe sans difficulté. Et là, surprise ! Une neige extra parfaitement poudreuse à peine tassée, un véritable régal. On enchaîne jusqu'à 1500. Une section moins enneigée nous incite à passer en rive droite sur la croupe. Jeroen continue un peu dans la forêt alors que je rejoind l'axe du couloir. L'enneigement est assez faible mais ça passe encore assez bien malgré un petit saut d'un 1,5 m soit obligatoire en partie basse.

Vers 1200m, on se rejoind afin de sortir du couloir pour rejoindre le sentier en forêt et là 1ère erreur : on tire à gauche au lieu de la droite (j'avais pas trop regarder la carte et j'ai fait une erreur de débutant à la lecture du topo). Je descend une cinquantaine de mètre, la pente se raidit et les falaises semblent omniprésentes. Quelques doutes, le jour tombe, on sort la carte et on décide de remonter jusqu'à 1200m. pour récupérer le sentier que l'on a repéré cette fois. Traversée du ruisseau, puis remontée...on est bien sur le chemin : ouf ! Et là 2ème erreur encore plus grossière au lieu de continuer sur celui-ci, on choisit de couper en forêt : très mauvaise idée ! Les pentes boisées assez débonnaires deviennent de plus en plus raides et boisées. On arrive au bord du ruisseau, Jeroen veut tenter de descendre le rejoindre mais je ne le sens pas du tout. Il fait nuit noire, on met les frontales (quelle bonne idée de les avoir prises sinon c'était le bivouac assuré !!) et on décide de remonter en traversée afin de rejoindre le sentier. On erre ... c'est assez dense, l'heure tourne et on commence à ne plus être très frais. J'ai quelques doutes sur nos chances de retrouver le sentier dans la nuit et songe à un certain tour des agards de la Nimp Crew...18h30 : on tombe sur le sentier, on ne le lachera plus. Traversée du pont au dessus du Nant Fourchu et on se laisse glisser dans la nuit noire. Drôle d'ambiance un peu irréelle.

19h00 : les feux du Berlingo sont en vue, on est arrivé, Val nous attend un peu inquiète...on est heureux mais assez exténués. Quelle journée fantastique mais dur dur de boucler ce tour aussi long avec la trace à faire parfois...le jour le plus court de l'année :)

Participants : Jeroen, Mick et Val pour la navette.

http://www.skitour.fr/sorties/pointe-des-arlicots,1969.html#sortie

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Mick - dans Ski de rando
commenter cet article

commentaires

Jeroen 27/12/2005 14:48

On sentune certaine tension dans ton récit... T'as eu peur de passer la nuit dehors ;o)