Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

8 mars 2006 3 08 /03 /mars /2006 23:27

Dimanche 26 février

SORTIE MAJEURE !!! Et pourtant que d'hésitations !! Longues conversations au téléphone avec Etienne pour se décider : la nivo va-t-elle être OK, va-t-on trouver l'entrée du haut, et n'aura-t-on pas été précédé...petit coup de fil pour s'assurer de la tranquilité d'un Voloboy et d'un skitourien bien connus qui seront ce jour-là ailleurs et c'est parti pour allez y jeter un oeil !

Départ dans l'habituel et glacial vallon de Bellevaux et montée paisible par la VN versant sud. Une énorme coulée a ravagé le vallon : impressionnant !! Valait mieux ne pas se trouver là au moment de son passage...

Le versant sud est très déneigé : montée à pied dans l'herbe avec quelques restes de neige :)

Arrivée toujours aussi belle au sommet sur cette aérienne arête terminale...le temps est toujours au beau, les cumulus bourgeonnent un peu...mais l'ambiance n'est plus au blablatage...grignotage, dernière relecture du topo, re-coup d'oeil aux photos du matin, rassemblage des souvenirs et des indications de Justin qui a réalisé à 2 reprises la descente (dont l'intégrale !) et on s'y lance !

 Arrivée au sommet sur fond d'Arclusaz, d'Arlicots (juste un petit bout qui dépasse) et Arces...tiens ça me rappelle de bons souvenirs :)

                                           Le haut de la face nord et la combe de remontée tout en bas.

Ambiance gazeuse sur ces pentes suspendues, on se laisse glisser le long de l'arête ouest jusqu'à l'entrée du couloir SW avant de basculer en versant N. Le départ n'est pas très raide (gros 40°) mais il faut être sûr des conditions : aujourd'hui la neige est très bonne, mais sans beaucoup de cohésion. Hésitation sur l'entrée je pars un peu trop à droite...retour en arrière et là j'aperçois la faille ;  son entrée est très raide et bombée : pas facile de voir si ça passe. Je descends encore un peu mais l'entrée directe présente un mur rocheux infranchissable : mais oui c'est bien sûr ! Il faut récupérer la fameuse rampe en rive gauche dont m'a parlé Justin pour entrer dans la faille. Etienne repart devant, je le suis : virage au bord de la falaise puis traversée en neige dure : la tension monte mais nous voilà au début de la rampe. L'inclinaison prend 10 bons degrés d'un coup mais l'expo baisse un peu : on est plus serein ! Etienne toujours devant descend un peu trop bas pour récupérer la faille et essaie de déchausser pour remonter un peu et faire une conversion...heureusement il sort sa parade anti-NIS : la fix est bloquée, impossible de déchausser : va bien falloir envoyer un petit virage bien serré dans une portion très raide ... je passe devant, court passage dry sur quelques mètres sur un petit éperon puis petit saut pour récupérer la faille : nous y voilà !! Que du bonheur maintenant : ambiance réellement unique, neige idéalement tassée, on peut y enquiller. Séances photo régulières...mais c'est trop vite fini et l'on arrive déjà dans la combe du bas, la suite de la voie Tardivel sera pour une autre fois avec plus de matos maintenant que l'on connaît l'entrée de la bête :)

                                                          Pas grand chose à ajouter non !

Rephoquage pour remonter cette belle combe suspendue, comme dirait Etienne : "on dirait un verger du bout du monde" en effet drôle d'atmosphère très paisible au milieu de ces viels arbres...la civilisation en bas mais le calme absolu ici...le temps se serait-il arrêté ?

Arrivée sur l'épaule : on fait un petit détour histoire d'aller voir le couloir de Varapet pour l'enchainement : c'est bien sec ! ça pourrait le faire mais ce serait quand même bien dommage de saboter ce beau et haut couloir >> direction donc le couloir de Claret (en plus, on reviendra plus facilement pour faire le Varapet que pour le Claret). Alors qu'Etienne part un peu trop tôt en versant N (barres infranchissables), je descends un peu versant ouest (quelques beaux virages mi-herbe mi-neige :) afin de trouver le (seul ?) point faible pour rejoindre le Claret. Neige toujours excellente. On file droit jusqu'en bas (200 mètres de boules immondes, où il faut une sacrée volonté pour ne pas déchausser et faire quelques virages), traversée du ruisseau et retour voiture par la piste.

Quelle journée d'exception ! Et pour reprendre les mots de DME dans le toponeige ABC : "...(cette face nord) est complexe, car si la face se voit facilement, de nulle part on ne peut en distinguer tous les traquenards."...en effet, même l'entrée dans le Claret n'est pas si évidente que ça.

Participants : Etienneh et Mick.

http://www.skitour.fr/sorties/pecloz,2998.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Mick - dans Ski de rando
commenter cet article

commentaires

Etienne 15/03/2006 22:49

Quel plaisir de revivre ces instants en parcourant ton récit: on s'y croirait à nouveau!Faut prendre RDV pour l'intégrale...