Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

12 juillet 2013 5 12 /07 /juillet /2013 12:44

Dimanche 

Quelle bambée à la journée ! Même si le Diois est un des secteurs les plus proches de la Hte Loire entre la route, les marches d'approche et de retour et la longueur de la voie (+ quelques pauses ! :), j'en aurai eu pour mon compte. Ceci dit, cela faisait un petit moment qu'elle était dans les cartons celle-là et j'avoue que je (on) n'aurai pas été déçu. La partie basse est vraiment très très classe (presque autant que Cosa) et le haut bien que moins intéressant est quand même très chouette. Il permet aussi pour une fois de sortir sur les plateaux après 550m d'escalade ce qui n'est quand même pas négligeable. Le retour ensuite est encore assez long (compter 2h30 sans courir mais sans rêvasser non plus) mais quel cadre ! Splendide surtout avec les lumières de fin de journée.

Au niveau horaire, on est parti à 6h10 de la voiture >> 7h40 à l'attaque et début de la grimpe à 8h00. Puis 8h00 de grimpe jusqu'au plateau sommital. 30' de pause et enfin 2h30 de marche retour.

La première longueur a été un véritable calcaire pour ma part. Je souffre souvent du syndrôme de Reynaud l'hiver à skis mais très rarement en grimpe. Malheureusement ce jour avec le froid du matin et le refroidissement après avoir été en surchauffe pendant la montée, je vais avoir très froid au départ et tous les doigts vont devenir totalement blancs et insensibles ! Impossible de tenir la moindre prise quelque soit la taille. Heureusement, Antoine était en tête dans cette longueur ! En second, je suis arrivé péniblement au relais en tirant sur ce qui était possible...bref, je l'ai massacrée. C'est un peu dommage car même si c'est dur à froid, le mur est fort beau. A R1, j'ai encore froid mais, les sensations aux bouts des doigts reviennent. Je pars un peu au taquet et finis par voler en arranchant une prise au moment du clippage du 3ème point...ça met en confiance pour la suite ! :) Je repars et ça enchaîne cette fois, je commence à avoir enfin un peu chaud en grimpant en doudoune.

La suite déroulera pas trop mal avec tout de même un beau gros vol en L8 au niveau d'un clippage mais cette fois c'est moi qui est vraiment fait n'imp ! Il faut dire que même si l'équipement est bien placé, il est aussi sans concession et on ne doit pas être loin du 7a oblig. C'est plus obligatoire que sa voisine Cosa par exemple.

La deuxième partie commence au niveau d'un petit sapin caractéristique. 5 longueurs moins jolies mais la grimpe reste agréable. L'équipement est assez curieux (6b/b+ presque suréquipés alors que le 6c+ et la longueur clé sont assez oblig).

Au niveau pratique, on a hissé le sac, ça fonctionne très bien mis à part dans quelques traversées et dans la dernière longueur de chaque partie. Bien confort en tout cas pour avoir assez d'eau et quelques vêtements chauds car même si ce n'est pas bien haut, il fait souvent frais dans ces contrées !

Encore un bien beau souvenir à ce magique Glandasse !

Petit ressenti perso au niveau des cot : 7b ?, 6c+, 7b, liaison, 7a, 7b, 6b+, 6c+, 7a, 5c, liaison, 6c+, 6b+, 6b, 7a+ (+ 4 PA au total >> 5ème point + dalle finale), 6c+. L'obligation est sans doute autour du 6c+/7a.

Participants : Antoine et Mick

 

No P (1)

Antoine au départ de L1.

 

No P (12)

L2 : après un vol, ça va mieux ! (Photo Antoine L.)

 

No P (2)

Fin de L2 pas facile et obligatoire.

 

No P (3)

L3 : un mur bien raide très rési.

 

No P (4)

Fantastique dièdre en L5.

 

No P (13)

La même vue du haut. (Photo Antoine L.)

 

No P (5)

Fin de L6.

 

No P (14)

Le splendide mur raide de L8. (Photo Antoine L.)

 

No P (6)

Antoine en termine avec cette même longueur.

 

No P (7)

Encore une longueur majeure : L9.

 

No P (8)

L11.

 

No P (15)

L13. (Photo Antoine L.)

 

No P (16)

L14 : dernier 7a+...ça sent la quille ! (Photo Antoine L.)

 

No P (9)

Sortie de L14.

 

No P (10)

Dernier bombé.

 

No P (11)

Descebte par le très beau sentier de la Pale.

Partager cet article

Repost 0
Published by Mick et Val - dans Alpinisme - Escalade
commenter cet article

commentaires