Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 22:43
Mardi 27 octobre.

Demain, c'est repos, étant donné que c'est l'anniversaire de notre 2ème puce, alors autant en profiter pour faire une grosse journée. On hésitait un peu entre les 2 voies mais en même temps, on n'avait pas envie de revenir 2 fois durant ce séjour dans ce secteur, ce sera donc les 2 d'un coup :)
On laisse un peu de ravitaillement au départ des rappels sous le refuge Azéma + les chaussures, histoire de grimper un maximum léger.
2 grands rappels, un peu de marche puis encore un grand rappel de 50m nous dépose au bord de l'eau. L'ambiance est un poil glauque mais bon au moins ça a le mérite de partir tout en bas !
L'intégrale ou le piton masqué est en effet une très belle voie avec quelques longueurs vraiment inoubliables : L4 et L7 surtout.
Pas tout à fait d'accord avec les cotations ici non plus, la bas nous a semblé un poil sous-côté alors que par exemple le 6b+ plus haut est plutôt donné.
Par longueur, j'aurais proposé : 6a+ (quelques pas assez délicats surtout ce jour où c'était un peu poisseux), 6a+ joli, 5c+ très beau, 6b délicat (fissures arrondies et équipement un peu plus espacé, on doit pouvoir rajouter quelques friends sans doute) mais grande classe, 5c très beau, 6b court mais très beau rocher et beaux mouvements, 7a pas enchaîné (je suis toujours aussi nul en toit !) mais quelle ambiance !!, 6a+ : un pas bien con. 6b oblig, très bien équipé sur broches.
Globalement la voie déroule bien et mis à part le toit ce n'est finalement pas si athlétique malgré les apparences. (3h00 environ).
Pause casse-croûte puis c'est reparti pour les Futurs croulants !
Pas mal de commentaires sur cette mythique voie des Calanques mais j'avoue que l'on a été un poil déçu. Même s'il est indéniable que le rocher est incroyable et que c'est une voie historique majeure, l'équipement gâche un peu le plaisir. On traîne du matos mais finalement on ne pose quasiment rien et en même temps l'équipement en place est tout de même super pourri...bref encore typiquement le genre de voie ou avec 2 fois moins de points, mais bétons, on doit pouvoir faire bien mieux protégé et protégeable. Dans l'état, on a un peu l'impression de grimper expo tout le long. On a d'ailleurs croisé un grimpeur/ouvreur grenoblois 2 jours après au Deevenson qui avait eu la même impression l'an dernier...
L1/L2 : très belles fissures et rondeurs, cheminement assez limpide mis à part un peu au tout début (ne pas partir tout droit dans les Croulants), et à la fin (bien prendre le relais de droite sur 2 spits). V+
L3 : très ludique par le boyau. V
L4 : départ très délicat sur une écaille patinée/poisseuse et pieds fuyants. 1er point à 3 bons mètres (un spit entre le relais et ce 1er point a été supprimé vraisemblablement) avec terrasse juste en dessous...gare aux chevilles voire plus...puis fissure horizontale bien protégée, avant un réta vraiment pas facile et bien patiné. Bon 6b pour l'ensemble voire 6b+.
L5 : THE longueur ! Vraiment inoubliable et à faire rien que pour elle  ! Pas si dur mais impressionnante. 6b/c sans doute depuis l'éboulement. Mainte fois vue en photos, cette fois c'était en vrai...wahou ! :)
L6 : on a pris la sortie de gauche (originale ?). 2 vieux clous côte à côte en milieu de longeur sinon rien et pas facile à protéger. V+. (2h30 environ)
Bon allez on ne va pas faire les blasés, c'est tout de même très classe et à faire au moins une fois dans sa vie de grimpeur !

Participants : Val et Mick.

                                                 L1 de l'intégrale avec un départ au bord de l'eau.

                                                           L3 : un rocher tout en rondeurs.

                                                          L4 : superbe mais assez délicate.

                                                 L5 : une dalle superbe juste à côté du Linceul.

                                       L6 : grande classe toujours...l'ambiance commence à se creuser.

                                                   Le toit de L7 pris en photo en redescendant.

                                                         L1 et ses rondeurs caractéristiques.

                                              L2 : départ protégé par un clou pas terrible...

                                                            Arrivée à R2.

                                                      La sortie du boyau de L3.

                                                    Cap Canaille et brêche du Trou à canon.

                                                                        Arrivée à R3.

                                                        La traversée de L4 sous les toits.

                                                       LA traversée entre les toits (L5).

                                                      Au départ de la dernière longueur.

                                                Lumières du soir sur En Vau et Castelvieil.
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires