Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

5 avril 2014 6 05 /04 /avril /2014 12:34

Mardi 11 mars.

On était déjà venu dans le secteur il y a 5 ans mais la météo un peu changeante nous avait fait préféré le tour plutôt que la traversée par le couloir. Pour changer un peu mais surtout pour profiter du ski, on commence la boucle par la traversée de la crête Signora / Blaves. Ces petits couloirs nous avaient semblé sympa, c'était donc l'occasion de varier la montée vers la Tête de Moïse. Les choix sont nombreux et on essaie celui de la brêche 2722. Très bon ski (grain fin très tendre) et très beau cadre pour seulement 300m de D+, ce n'est pas cher payé.

Arrivés dans le fond du vallon, un vent bien froid nous cueille en même temps qu'un voile nuageux. La montée par le couloir sud sera bien pénible avec de nombreuses coulées empêchant de tout faire à ski mais une croûte cassante à pied...le bonheur. 

Les derniers mètres sous la brêche sont un peu tendus avec beaucoup de neige rapportée par le vent d'est. J'hésite à poursuivre avant de trouver une solution sécurit en restant à raz les rochers puis sur une croupe. A la brêche, le vent est tempêtueux mais la vue assez grandiose. On s'abrite un peu puis on se prépare.

Le départ est tranquille (et c'est tant mieux vu le vent !) puis la pente plonge progressivement en même temps que le vent se réduit. On avait enmené un ficellou (et un sac en plastique) pour rappeler au cas où mais en fait c'est bien rempli et ça passe sans soucis tout à ski par contre la neige est dure dans la section clé. Ce n'est pas extrême mais il faut quand même assurer chaque virage. Pour info, il y a un rappel installé à demeure rive droite si les conditions sont mauvaises dans le ressaut.

On se laisse glisser dans le fond du vallon avant de remonter à la brêche Jean Coste et là pas de chance, c'est tout poudre...argh, rien de plus énervant que de descendre une pente en neige ferme / dure et de tracer la montée en (grosse) poudre.

Heureusement, le rhume va mieux et du coup les jambes aussi. Même si la nivo semble béton, on s'espace un max car je déteste ces grandes pentes de surcroît à la montée.

L'arrivée à la brêche est magique sous ces pinacles rocheux tout comme le contraste entre le froid assez mordant de la montée et la pente de descente baignée de soleil.

Dernière petite pause puis il ne reste plus qu'à se laisser glisser sur une moquette à poil longs au top.

En tout cas, un très beau circuit surtout avec le passage par Blaves / Signora et le retour par la brêche de l'aiguille Jean Coste (nettement plus joli que le retour par le col du boeuf).

Participants : Val et Mick.

Moïse (1)

L'imposante Tête de Moïse depuis la brèche des Blaves.

 

Moïse (2)

Grain fin ultra tendre : dément...presque aussi bon que de la grosse poudre, la glisse en plus.

 

Moïse (3)

Sous le couloir.

 

Moïse (4)

Chaussage des crampons dans le couloir sud.

 

Moïse (12)

Couloir SE de la Tête de Moïse.

 

Moïse (5)

Bientôt l'arrivée à la brêche.

Moïse (13)

Au dessus du ressaut, ça se raidit progresivement.

 

Moïse (14)

Bien encaissé au milieu des parois.

 

Moïse (7)

Sous le couloir NE.

 

Moïse (15)

A la trace ppour remonter à la brèche de l'Aiguille Jean Coste.

 

Moïse (8)

Bientôt la sortie du frigo.

 

Moïse (9)

Ski grand large versant SW.

 

Moïse (10)

Tours rocheuses de l'Aiguille Jean Coste à la Tête de Moïse.

 

Moïse (11)

Y a plus qu'à laisser glisser jusqu'au Pontet.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Mick et Val - dans Ski de rando
commenter cet article

commentaires